Portrait de la semaine : Ramzi Ammar, ingénieur designer et entrepreneur freelance

portrait Ramzi Ammar, ingénieur designer Freelance

Bonjour Ramzi, bienvenu ! Pour commencer ce portrait  je te propose de te présenter à nos lecteurs !

Hello ! Je m’appelle Ramzi Ammar, j’ai 39 ans. A la base je suis ingénieur. J’ai un background très technique que j’ai enrichi avec une formation en Design. J’ai eu plusieurs expériences entrepreneuriales, ma dernière en date : BeMaker.

Peux-tu me parler plus en détail de BeMaker ?

BeMaker, c’est une plateforme en ligne qui propose des coffrets créatifs DIY. Ces coffrets donnent la possibilité à chacun de vivre l’expérience d’apprendre un savoir par soi-même. On retrouve dans ce coffret l’ensemble des éléments nécessaires pour apprendre à créer un objet avec les instructions, le matériel et les éléments à assembler.

Quel était ton déclic pour te lancer ?

J’avais monté un FabLab en 2015 où j’ai ressenti l’engouement des gens pour le DIY, mais il manquait du contenu accessible à tous. Et s’il y avait du contenu disponible on ne savaient pas trop par où commencer. Les adhérents du FabLab adoraient participer à nos ateliers mais n’avaient pas forcément l’espace ou le temps pour continuer chez eux. Du coup avec des amis on s’est demandé comment palier à ces freins. Après réflexion on en est arrivé à l’idée d’un coffret à faire chez soi avec les pièces et le contenu accessible en ligne

Le coffret de la chauve-souris à été conçu en 3 semaines seulement qu’on fait évoluer régulièrement, c’est notre produit phare qui cartonne ! 

Ton expérience entrepreneuriale la plus marquante ?

Un ancien collègue m’a proposé de le rejoindre sur un projet. J’étais plutôt emballé et on a monté une start-up à trois. Le projet était hyper intéressant avec un très fort potentiel, en revanche les relations humaines étaient complexes. Le projet a capoté à cause de ça. Ce que j’en retiens c’est que l’on peut avoir des très belles idées avec un potentiel incroyable, mais le plus important c’est l’humain avant tout. Si l’humain n’est pas là ça ne marche pas, et à l’inverse, une simple idée de projet peut être un véritable succès grâce à l’humain. 

Un partenariat qui t’a particulièrement marqué ?

Si j’ai monté BeMaker c’est pour son côté militant. Apprendre à faire pour gagner en autonomie. C’est une démarche un peu rebelle qui pousse à une consommation consciencieuse. Le partenariat qui m’a marqué c’est celui avec Damien, de Kataposte. Damien était exactement dans cette démarche là. Il est passionné par la musique et veut proposer des produits de bonnes qualités et de bonnes factures en incitant les gens à apprendre à construire et réparer eux-même. Il a crée Kataposte, une enceinte Bluetooth que tu fabriques de A à Z sous forme de Kit, grâce à ses plans en Open Source (c’est à dire en libre accès). Comme ça, si tu ne veux pas acheter le kit entier tu peux quand même réaliser le produit, tu peux changer certains éléments et le personnaliser… Et ça c’est exactement la philosophie de BeMaker. Apprendre – Fabriquer – Personnaliser – Réparer.

Un bouquin ou film qui t’a aidé à passer le cap entrepreneurial ?

J’ai été particulièrement marqué par le film “Matrix” et sa notion de réalité. La perception du monde qui est propre à chacun. Au lieu d’accepter le monde tel quel, on peut modeller sa vie comme on en a envie avec sa propre vision. 

Sinon j’ai trouvé “L’Esprit Design” de Tim Brown passionnant.  En tant qu’ingénieur j’avais cette vision très figée et cartésienne du travail avec des résultats concrets. Le Design Thinking a remis à plat ma façon de voir les choses. On revient aux sources : pourquoi on travaille, quels sont nos besoins et nos frustrations ? Ces frustrations on peut y répondre par différents moyens, des solutions de services et de produits. 

Un mantra qui te plaît ?

Follow the white Rabbit” (une réplique de Matrix), je l’interprète comme “Suit la trace de ta propre vérité”. 

Quels sont tes futurs projets pour BeMaker ?

Il y en a plein ! Mais tout d’abord je souhaite trouver d’autres créateurs pour présenter leur créations sous forme de coffret. Je souhaite aussi agrandir l’equipe. Il y a tellement de choses à faire ! J’aimerai aussi créer des coffrets en interne.

Quel conseil donnerais-tu à quelqu’un qui n’ose pas se lancer ?

Si vous êtes salarié.e et que vous avez une idée, testez-la avant de vous lancer. Proposer votre concept sur la toile, avec une page internet ou une annonce sur leboncoin, invitez les gens intéressés à s’inscrire via un formulaire. Parlez-en un maximum autour de vous et sur vos réseaux. Et voyez comment votre idée se comporte aux yeux des autres. C’est un très bon indicateur du Go / No-Go de votre projet.

Deuxième conseil, en France il y a cette croyance que si vous échouez vous êtes un loser. Mais si on part sur l’attitude anglo-saxonne, si vous échouez vous en sortirez grandi. N’ayez pas peur de vous casser la figure !

En cas de coup de mou, quelle est la recette pour te rebooster ?

C’est un peu radical, mais quand ça ne va pas, j’arrête tout temporairement ! Je pars quelques jours voir des amis, je me change les idées. J’aime aussi me rapprocher de la nature, aller faire des randonnées. Quand on se lance dans son projet, il y a le risque de s’isoler. Sortir voir des amis, ça permet de se vider la tete, et on revient l’esprit beaucoup plus clair !

Quel est ton lien avec la Fabrique Bohème ?

L’été dernier j’étais dans ma routine de freelance (j’offre des prestations de services en tant qu’ingénieur designer). Mon amie Pascale m’a contacté pour prendre un café et discuter des ateliers à faire au sein de la Fabrique Bohème. Trois mois plus tard elle m’a annoncé qu’elle se retirait de la Fabrique Bohème et m’a proposé de reprendre les rênes. On a revu le mode de fonctionnement du modèle en continuant le coworking et les ateliers, mais en gérant l’équipe différemment. Je suis convaincu par la cogestion, l’idée était de proposer à des amis et autres créateurs de me rejoindre dans l’aventure. Aujourd’hui cette communauté génère un dynamisme hyper enrichissant que j’adore !

La team de choc – © Myriam Toumi

Retrouvez Ramzi 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page