Portrait de la semaine : Myriam Toumi, photographe-vidéaste freelance

Myriam Toumi dans le portrait de la semaine de La Fabrique Bohème

Bonjour Myriam, bienvenue ! Pour commencer ce portrait  je te propose de te présenter à nos lecteurs !

Bonjour ! Je m’appelle Myriam Toumi, j’ai 30 ans. Je suis photographe-vidéaste freelance depuis bientôt 3 ans. Mon domaine de prédilection est le Mieux-Être et je trouve que l’image a un côté thérapeutique.

Peux-tu me parler de ton projet entrepreneurial ?

J’ai décidé de me lancer en freelance car j’ai vite compris que la vie de salarié ne correspondait pas au rythme que je voulais donner à ma vie et ne me permettrait pas de réaliser des projets liés à mes ambitions artistiques. En 2017, j’ai créé ma micro-entreprise en photo-vidéo et conseil en communication. J’ai commencé par prendre des touristes en photo à Paris. J’ai ensuite vite évolué pour faire de la photographie et de la vidéo pour les entrepreneurs. Et je vends également des tirages d’art de mes photos de paysage, sur commande.

Quel était ton déclic pour te lancer ?

A l’été 2015, je me suis retrouvée en incapacité de travailler lorsque l’on m’a diagnostiquée un burn-out. Ca a été le début d’une remise en question sur tous les domaines de ma vie. Pour remonter la pente, j’ai décidé de reprendre tout à zéro. Pendant cette phase, je me suis reconnectée à moi-même et je me suis rappelée que moi aussi j’avais des rêves. Et surtout, je me suis rendue compte que, tout le potentiel que j’avais utilisé pour aider les autres à développer les leurs, je pouvais m’en servir pour développer les miens. Le déclic c’était ça : de me rendre compte que j’allais passer à côté de ma vie si je continuais d’oublier de m’occuper de moi. C’est là que je me suis mise à écouter cette petite voix intérieure que j’entendais depuis gamine et qui me demandait de m’assumer en tant qu’artiste. Ca m’a frappée : d’une certaine manière, toute ma vie j’avais auto-censurée une part de moi. C’était comme me découvrir un syndrome de l’imposteur. Et le plus incroyable dans tout ça, c’est lorsque j’ai décidé de l’assumer, tout le monde autour de moi a montré qu’il n’attendait que ça pour m’encourager… Je me suis découvert un club de soutien qui était à côté de moi depuis tout ce temps et que je ne connaissais pas !

Ton expérience entrepreneurial la plus marquante ?

Gina, la première cliente de Myriam – © Myriam Toumi

Quand ma toute première cliente m’a remerciée pour la séance photo qu’on avait faite ensemble. Elle m’a écrit pour me dire à quel point elle avait été émue de découvrir les photos. Elle m’a expliqué qu’elle s’était vue belle et pétillante pour la première fois depuis très longtemps. Involontairement, je l’ai aidé à se sentir bien dans sa peau et ça c’est magique ! L’expérience lui a tellement plu qu’elle la partagée sur ses réseaux sociaux et c’est comme ca que j’ai eu mes premiers clients par la suite.

Matthieu Tordeur à la Société Française des Explorateurs - © Myriam Toumi
Matthieu Tordeur à la Société Française des Explorateurs – © Myriam Toumi

Un partenariat qui t’a particulièrement marqué ?

Un partenariat photo avec Matthieu Tordeur. C’est le premier français et plus jeune explorateur au monde à avoir rallier le pôle sud depuis la côte Antarctique en ski sans assistance et en autonomie totale en 50 jours. J’avais rencontré Matthieu lors d’une conférence sur la micro-aventure donnée par Chilowé. Il présentait son parcours et moi j’étais photographe sur cette soirée. Après ça, j’ai suivi la préparation de son défi vers l’Antarctique, puis j’ai suivi l’expédition tous les jours via ses réseaux sociaux sur lesquels on pouvait retrouver les anecdotes de son expédition quasi en temps réel. A son retour, j’ai reçu un message de sa part me proposant de photographier sa première conférence de retour d’Antarctique qu’il allait donner à la Société des Explorateurs Français. J’étais vraiment honorée ! Pour moi, Matthieu incarne l’entrepreneur dans toute son excellence. De manière générale, j’adore travailler avec des gens qui ont l’audace de transformer leurs rêves en réalité. Matthieu, c’est une de ses personnes qui te donne envie de relever un défi entrepreneurial, quelqu’il soit.

Donc forcément, j’accepte la collaboration ! Je fais les photos. C’est dans un amphithéâtre où il fait sombre, la lumière est jaune, c’est super galère d’avoir un beau rendu dans ce type d’endroit ! Mais lui est content et mes photos apparaissent dans sa newsletter et sur ses réseaux. Il cite notre collaboration, chose normale mais que beaucoup de gens oublient de nos jours. Il fait les choses dans les règles, il respecte notre deal et se montre reconnaissant. 

Quelques mois plus tard je me rends à la Cité des Sciences. Il y projette son documentaire qu’il a lui-même filmé pendant son expédition. Déjà, je trouve la démarche remarquable ! Se filmer c’est pas simple, alors avec des skis aux pieds et une pulka dans le dos, tout seul dans un désert de neige… Faut avoir une volonté incroyable ! Et là, à la fin du générique, je vois mon nom. J’étais surprise, ça m’a touchée. Il a cité toutes les personnes qui l’ont aidé de près ou de loin dans ce projet. 

Un bouquin ou film qui t’a aidé à passer le cap entrepreneurial ?

L’Alchimiste de Paolo Coelho. Je l’ai dévoré en deux jours. La philosophie de vie traduite me correspond parfaitement, surtout l’interprétation des signes ! Je me reconnais complètement dans cet ouvrage. D’une certaine manière ça a été une validation,  que oui j’ai le droit de m’exprimer artistiquement et non je n’ai pas à avoir de complexe en me lançant dans mon projet.

Santa Monica, Californie, USA, © Myriam Toumi
Santa Monica, Californie, USA, © Myriam Toumi

Et aussi Now or Never de Preston Smiles et Alexi Panos, un livre passionnant écrit par des coachs américains avec qui j’ai travaillé. Ils y parlent des freins et des leviers à identifier pour passer à l’action et agir maintenant !

Un mantra qui te plaît ?

J’y ai droit, j’y ai accès et j’en suis capable.

San Francisco, Californie, USA - © Myriam Toumi
San Francisco, Californie, USA – © Myriam Toumi

Quels sont tes futurs projets ?

Mon rêve c’est de rencontrer des ours et de les prendre en photo. J’ai une affection particulière pour les ours blancs, mais en attendant de réunir les fonds pour aller les voir, je vais m’intéresser aux ours bruns en Slovénie cet été ! J’ai hâte ! Ca sera le meilleur des cadeaux que je pourrais offrir à mon moi-enfant. Je prépare également ma première exposition artistique… Je ne veux pas encore en dire trop dessus… Je la garde encore un peu secrète, elle a à voir avec l’orientation en Art-Thérapie que je suis en train de donner à mon parcours entrepreneurial.

Quel conseil donnerais-tu à quelqu’un qui n’ose pas se lancer ?

Ecoute-toi, aime-toi, concentre-toi. Pose ton intention et fais-le ! Et n’oublie pas de t’amuser en chemin.

Littoral de Diamond Head, O'ahu, Hawai'i, USA - © Myriam Toumi
Littoral de Diamond Head, O’ahu, Hawai’i, USA – © Myriam Toumi

En cas de coup de mou, quelle est la recette pour te rebooster ?

Boire de l’eau, dormir, bien se nourrir, méditer et être dans le mouvement. Se promener ou danser dans son salon, qu’importe.

Quel est ton lien avec la Fabrique Bohème ?

C’est une entrepreneuse qui travaillait Chez Victor qui m’a recommandé la Fabrique Bohème en 2019. Elle m’a mise en contact avec Mélanie, qui était déjà membre de l’ancienne équipe. Après une heure à partager sur nos parcours respectifs, Mélanie a eu un réel impact sur l’émergence de mon côté artistique. L’étincelle qu’il me manquait pour oser me montrer en tant qu’artiste-auteure. Puis au changement d’équipe de La Fabrique pendant l’été, j’ai rencontré Ramzi qui a repris le projet 2.0. Il m’a expliqué le nouveau fonctionnement qu’il allait donner au lieu et m’a proposé de rejoindre l’équipe. J’ai accepté et au bout de quelques semaines, je me suis rendue compte que j’étais en train de réaliser ma résolution de l’année 2019, celle de trouver ma famille artistique et créative. Aujourd’hui, je suis super heureuse des rencontres et des échanges qui se créent dans ce lieu et je suis fière de faire partie de cette équipe !

Retrouvez Myriam 

Crédit photo – collage d’introduction : © Matthieu Tordeur, pour son auto-portrait en Antarctique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page